Sophie Savage recherche un partenaire particulier.
Nathorod recherche d'anciens compagnons de voyage !
Sarah Vermeil recherche sa sœur jumelle.
Xander Thrace recherche sa mère et sa sœur Mythique.
Rydhal recherche des Employé·e·s.
Vous cherchez vous aussi ? Il suffit d'aller ici !

10 Validés

12 Validées

15 Validés

17 Validées

5 Validé·e·s



 

Fiche de Présentation

 :: Titre visible ou non ? :: Contenu Migoto no Shima :: Mes Personnages :: Ongyo Katori Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://hou-bat93.e-monsite.com
Admin
Messages : 97
Date d'inscription : 01/11/2010
Age : 27
Localisation : TEST01
FICHE D'IDENTITE DE "NOM, PRENOM DU PERSONNAGE
Une petite présentation de toi, s'il te plait...

Nom : Ongyo
Prénom : Katori
Âge : 35 ans, maintenant.

Statut : Libre.
Clan : Conservateur
Pouvoir : En fait, comparé à une majorité des ainokos, Katori ne possède qu'un seul et unique pouvoir. Ce-dernier n'est autre qu'une peau recouverte d'un léger duvet, duvet qui se révèle être ininflammable. Une aubaine, lorsqu'on est prêtre de Tsuku !

Race : Ainoko de la souris.
Sexe : Masculin.
Sexualité : Bisexuel.

...Et si...Nous faisions plus ample connaissance?
Physique : Ah ! Enfin, la partie intéréssante peut commencer. Bon, vous voulez en savoir plus sur le Physique de Mister Katori ? Soit, alors, commençons par son...
Katori : STOOOOP !!!
Narrateur : Hein ? Katori ? Mais, que fais-tu ici ?!
Katori : C'est simple très cher, je vais moi-même me décrire ! Après tout, un aussi beau garçon que moi devrait...
Narrateur : Rester à sa place et faire silence. Te connaissant tu mettrais sous silence tout ce que n'aimes pas. Je sous-entend par là ton androgynie extrême, et aussi, ton petit côté albinos.
Katori : J'aurais signalé ces petits détails moi-même. Après tout, je suis quand même bien fichu. Ok, je ne mesure qu'un mètre 60 : et alors ? Cela se marie bien avec ma taille fine, mes traits fins, et mon supra méga style !
Narrateur : Quelle sublime façon de parler : vraiment. Bref, on peut rajouter le fait que tu aimes les cheveux longs...Tu les aimes tellement, que tu les as laissé pousser à l'extrême ! C'est limite s'ils ne touchent pas le sol de leur longueur ! Et aussi, tu peux m'expliquer cette lubie pour les petits noeux ?
Katori : Ah, pour ça, je plaide non-coupable ! C'est la dame de l'orphelinat qui passait son temps à m'habiller et me coiffer comme une fille ! Et je concède qu'avec mon androgynie, cela peut paraître étrange. Mais comme cela me sied à merveille, et me permet de quand même remonter un peu mes cheveux....Je continue d'en mettre !
Narrateur : Oh...J'avais oublié...Enfin, les cheveux blanc, voir argenté en pleine nuit, et les yeux rouges....Tu sais, dans de telles circonstances, on éviterait d'être toujours habillé en blanc et rouge.
Katori : J'aime ce qui se marie bien ensemble. Et puis, le rouge rappelle le feu de Sir Tsuku, et rien n'est plus beau. Quant au blanc, c'est la Pureté, qui relie chacun de nous à Dame Taisha. Je suis donc fier de ces deux couleurs !
Narrateur : Tsss...Te voilà sentimental. Bon, passons à ton caractère. Après tout, l'essentiel de ton physique à été dit. Ah ! Non ! On a oublié de dire qu'en raison de ton duvet, si particulier, ta peau était aussi douce que du velours. Franchement, ça doit vraiment donner d'étranges sensation ce truc....
Caractère : Là, j'hésite. Dois-je dire "génial" ou "non ! pas ça !" ? En fait, je suis plutôt mitigé...
Katori : Je suis quelqu'un d'adorable pourtant ! Pourquoi hésiter ? Mes plus grandes qualités sont ma joie de vivre, mon entrain, ma grande bonté, ma clémence...etc. Je suis l'homme que tous rêve d'avoir !
Narrateur : Dans ce cas, tu serais prêtre de Youkou, et non de Tsuku.
Katori : . . .
Narrateur : Je disais donc.
Katori est du genre assez, explosif. En fait, il s'emporte pour un rien, et reste très émotif. Ayant toujours eu du mal à s'exprimer, il est d'une timidité maladive qu'il cache derrière une ironie bien frappante, et un sens du cynisme assez pointu.
Son principal objectif, c'est de faire peur aux gens de façon à ce qu'ils ne l'approchent pas. De part ce fait, on peut dire que son cercle d'ami est des plus restreint, pour ne pas dire inexistant.
Katori : Ce n'est pas de ma faute si les gens ne comprennent rien à rien.
Narrateur : Pardon, j'oubliais. Il est aussi mauvais perdant, et d'une grande mauvaise foie. En fait, je crois qu'on ne peut l'apprécier que lorsqu'il fait mumuse avec des flammes.
En tant que Prêtre de Tsuku, le mister à apprit à manipuler tous ce qui est poudre, combustible, étincelle et compagnie, dans le but d'honorer son Dieu, et surtout, d'offrir aux gens des spectacles de toute beauté. Mais bon...En raison de cela, on ne le voit jamais sans un briquet ! Et puis, quant on sait qu'en colère, ses anciennes tendances pyromanes ressortent...on cherche parfois à le fuir !
Katori : Pfff...C'est pas de ma faute si le feu est bien plus beau et subtile que les êtres vivants en général !

Histoire : Tout commença il y a 34 ans. Cela allait faire un peu plus d'un mois que les Humains avaient découvert l'île...et déjà, ils commençaient à kidnapper des Ainokos. Parmi eux, une ainoko de souris enceinte, se trouvait là.
Étudiée de prés, la jeune femme mit alors au monde trois petits ainokos, ses trois petits "souriceau" comme elle les appelait alors. Mais voilà, à peine furent-ils en ce monde, qu'on les arracha à leur mère pour étudier de plus prés leur cas. Il faut croire qu'ils étaient les premiers cas de naissance ainoko vu par ces humains.

Dés lors, les nouveaux-né se retrouvèrent bagués, et dotés d'un numéro. Leur mère, elle, périt peut de temps après des suites de l'effort...surtout qu'aucune aide, aucun soin, de quelque façon lui avait été apportée.
Deux semaines plus tard, alors qu'on refaisait une flopée de test aux trois bébés, ce centre de recherche fut attaqué. C'était le 11 Novembre 2040, qui resta dans les mémoires comme étant le début officiel de la Guerre.

Ce jour là, la violence la plus animale qui soit s'abattit sur les humains, et ce dans l'unique but de sauver les leurs.
Certains ainokos, irrémédiablement lié aux forces de l'ordre, débarquèrent alors dans le laboratoire. Ils purent alors voir, dans des couveuses et reliés à bon nombre d'appareil, les trois petits bambins encore innocent.
La rage gronda, et ce fut parmi les leurs qu'on ramena les enfants. Ayant trouvé le corps de la mère, les forces de l'ordre cherchèrent le père des enfants : en vain. Ce-dernier était déjà mort : tué par les humains lors de l'enlèvement de sa bien-aimée.

C'est donc au sein de l'Orphelinat Jiai que les trois orphelins se retrouvèrent. Ne sachant rien à l'exception de leur nom de famille, se fut aux dirigeants de l'orphelinat de les nommer.
Ainsi, ce fut sous les noms de Ongyo Heiwa, Mirai et Katori que les enfants furent reconnus par la ville de Kyooraku.
On tenta alors de les élever de la meilleur façon qui soit, bien qu'une vie d'orphelin n'est jamais facile. Les trois souriceau ne se quittait, d'ailleurs, que rarement. Lié de façon indéniable.
Et pourtant, un jour, ils furent séparé. C'était le 8 Avril 2048, soit une semaine après la Bataille de Unmei. Ce jour-là, une famille était venue avec l'envi d'adopter un enfant. Pourquoi maintenant, alors que la guerre faisait rage ?! C'est une bonne question, à laquelle Katori, alors âgé de 8 ans, cherchait (et chercher toujours) la réponse.

Ce jour-là, ce fut la seule fille parmi les trois qui fut adoptée. Ce fut Heiwa. Bien que l'orphelinat était, au départ, contre cette séparation, ils se retrouvèrent forcé d'accepter.
Par la suite, la Guerre se termina. Mais c'est alors que d'autre ennuis vinrent à apparaître. Depuis son plus jeune âge, Katori montrait déjà une forte attirance pour l'élément du feu. Les employés de l'orphelinat avaient du, à de nombreuses reprises, l'arrêter alors qu'il jouait avec des allumettes.
Mais voilà, alors qu'il avait 12 ans et qu'il traînait avec son frère, Mirai, Katori eut envie de s'amuser. Se cachant dans la remise, il sortit une boîte d'allumette de sa poche, et l'alluma. Ce fut ainsi qu'il commit son premier incendie, mettant irrémédiablement en danger son frère.

Car voilà, ce jour-là, on se rendit compte du pouvoir de Katori. Jusqu'ici, tous croyait qu'il n'en avait pas...ou qu'il ne s'était pas encore manifesté. Son frère lui-même possédait des pouvoirs...mais Katori : non.
En réalité, cela se révélait faux. Ce souriceau était né protéger du feu. Ce qui pouvait expliquer sa fascination morbide pour ce-dernier, selon les spécialistes.
En tout cas, ce jour-là, Katori faillit tuer son frère sans réellement le vouloir. Se retrouvant brûler sur une bonne partie du corps, l'enfant fut hospitalisé.
A l'entente de l'affaire, le Grand-Prêtre de Tsuku intervint alors. A ses yeux, il était clair que cet enfant avait le potentiel pour devenir un prêtre de Tsuku...Même s'il lui faudrait apprendre le "Bien" et le "Mal" des flammes de Sir Tsuku.

Les années passèrent, et le caractère de Katori devint de plus en plus complexe, tortueux même.
Protéger du Grand-Prêtre de Tsuku, le petit cache derrière son insolence et son impertinence, un grand et profond respect pour son supérieur.
De plus, même s'il ne l'a jamais dit à personne, il cherche ardemment sa sœur, et son frère. La première, pour se rassurer. Le second, se faire pardonner.
A présent...il est de temps d'observer ce souriceau devenu souris. Il est temps de voir jusqu'où il ira, et ce qu'il deviendra : en ces temps troublés.

Tu as évolué ? ...Raconte-nous donc !
Un an : s'est court. Kato-chan a pourtant fait des rencontres qui l'ont changé en une année. Déjà, sa première apparition dans le célèbre journal "Le Kitaï" a permis à bien des gens de se rendre compte de son talent dans les arts du Feu, le rendant plus fier de lui que jamais. Et puis, comment dire, peut-être que sa sœur et son frère ont lu l'article ?

D'ailleurs, durant toute cette année, notre jeune prêtre à continuer de chercher les membres "disparus" de sa famille. C'est d'ailleurs après une recherche infructueuse qu'il fit une bien étrange rencontre. Une Humaine...lui qui déteste les humains, n'a étrangement ressentit aucune haine pour cette femme, cette Saya Fukuda. Le fait qu'elle le questionne sur la religion au sein de l'île y étant peut-être pour quelque chose...à moins que le fait qu'il ne soit complètement ivre à ce moment là est eu raison de ses rancunes ?

Dans tout les cas, on peut dire que Kato-chan est de moins en moins aimé au sein du Temple. Il se sent de plus en plus prisonnier de ce-dernier et aimerait retrouver une liberté. Ainsi, les autres Prêtres du feu continue-t-il à le considérer comme un Monstre, un Danger Publique plus exactement. Car oui, les autres ont apprit ce qu'il avait faillit faire à son jumeau, non ! Ce qu'il a fait à son jumeau. Depuis lors, regard de mépris, mots violent, furent le quotidien du souriceau.
Séchant de plus en plus les répétitions en vu des rites pour Sir Tsuku, Katori continue pourtant de pratiquer en cachète de ses confrères. Tous ? Non...Le Grand-Prêtre sait très bien que ce petit bout d'homme aime profondément le feu...et continuera probablement de l'aimer jusqu'à la fin de ses jours.

C'est lors d'une interprétation "secrète" de son amour pour le feu que Kato-chan fit une rencontre assez étrange. Martel Suiteki, Grande-Prêtresse de Motenashi. Comme toujours, lorsqu'on vint à apprendre qu'il avait fait mumuse avec le feu...on vint pour l'engueuler.
Dans sa fuite, notre spécimen limite pyromane embarque la Prêtresse ! C'est alors qu'ils étaient seuls que Katori-kun put enfin se délivrer d'un poids. Ce qu'il ressentait, il le déclara à cette prêtresse qui, à la fois, l'attendrissait et l'énervait. Il perdit les pédales, et fit tomber le masque.

Le retour à ma réalité fut...brutale. Un des prêtres avait, disons, donné un magnifique coup de poing à Katori-kun en guise de punition. C'est suite à cet acte que Martel Suiteki annonça qu'elle prenait Katori-kun sous sa protection ! Une surprise : pour tous.
Un Prêtre du Feu....sous la protection de la Grande-Prêtresse du Foyer ?! Une folie...mais une folie qui toucha profondément notre douce souris.
A l'heure actuelle, le mister essaye de ne pas prendre en compte les températures hivernales, ni l'actuelle honte que le Kitaï vient de faire naître. Non mais oh ! On a pas idée de faire subir cela à un Prêtre du Feu ! Ok, il sait pas trés bien marcher sur la neige...pas la peine d'en parler...>_<

De Toi à nous...Dit nous tout
Code : Ok, by Hebi no kajin
A combien s'élève le Nombre de Membres du Conseil ? Et comment s'appelle le groupe de Dissidents principale de l'île ? Ok, by Hebi no Kajin
Lun 7 Fév - 3:52
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Méandres d'Alexander Dark :: Titre visible ou non ? :: Contenu Migoto no Shima :: Mes Personnages :: Ongyo Katori-
Sauter vers: